L'agence Libya Press ferme ses bureaux en Libye

L’agence de presse Libya Press, serait éclaboussée par la guéguerre de succession sournoise que se livrent les courants réformiste et conservateur en Libye.

L’agence qui appartient au groupe de presse Al Ghad fondé par Seïf al-Islam, fils du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, et un des meneurs du mouvement réformiste libyen, a annoncé mardi, la fermeture de tous ses bureaux en Libye. La direction a motivé sa décision par des actions d’harcèlement des services de la police à l’encontre de ses journalistes, mettant en péril leur sécurité physique. La direction de Libya Press a informé ses journalistes travaillant en Libye, qu’elle ne pouvait plus « leur offrir de protection en raison d’un harcèlement intensifié de la part de la police » libyenne. Les responsables de Libya Press qui se sont déclarés choqués par les restrictions qui leurs sont imposées, ont annoncé leur décision de quitter définitivement la Libye pour travailler à partir des bureaux de l’agence dans plusieurs capitales européennes. «On nous traite comme si on appartenait à une cellule terroriste», ont affirmé les journalises de Libya Press. Les autorités gouvernementales n’ont pas encore réagi à la décision de Libya Press.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *