Reprise timide du trafic entre le Royaume-Uni et la France

Reprise timide du trafic entre le Royaume-Uni et la France

Le Royaume-Uni a lentement amorcé hier mercredi la sortie de l’isolement provoqué par une nouvelle souche du coronavirus, avec une reprise du trafic avec la France qui devrait malgré tout prendre plusieurs jours. 

Les autorités ont annoncé une opération de dépistage massif qui a commencé mardi en fin de journée à Douvres, premier port entre la France et le Royaume-Uni, auprès de chauffeurs à cran depuis l’annonce mardi après-midi d’un accord pour reprendre le trafic vers la France à condition de montrer un résultat négatif. 

Il s’agit de permettre à la chaîne d’approvisionnement britannique de revenir à plein régime avant que ne pointent des pénuries de produits frais. Si un chauffeur est positif à la suite d’un dépistage rapide livrant un résultat en environ 30 minutes, il sera soumis à un test PCR et placé à l’isolement dans un hôtel pendant dix jours en cas de nouveau résultat positif. 

De nombreux routiers ont été pris au piège par la fermeture de la frontière française pendant 48 heures après l’identification d’une mutation potentiellement plus contagieuse du coronavirus. Quelques dizaines de chauffeurs, bloqués depuis dimanche, souvent sans toilettes ni repas chauds, ont eu des échanges tendus et brièvement musclés avec la police tôt mercredi matin. Un homme qui obstruait une autoroute a été arrêté. 

Le gouvernement britannique estime à environ 5 000 le nombre de poids lourds qui étaient bloqués hier mercredi dans le Kent dont 3 800 sur l’ancien aéroport sur l’ancien aéroport voisin de Manston, où les chauffeurs peuvent se faire tester. 

Cette nouvelle souche du Covid-19, dont la transmission est 40% à 70% plus importante selon Londres, a amené la France à suspendre pour 48 heures les transports de marchandises accompagnés, empêchant des centaines de camions, dont le Royaume-Uni est très dépendant pour ses approvisionnements, de traverser la Manche. Le Royaume-Uni affiche l’un des bilans de la pandémie les plus lourds en Europe, avec plus de 69 000 morts et un record de près de 40 000 contaminations enregistrées mercredi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *