Immigration : L’UE au secours de l’Italie

Immigration : L’UE au secours de l’Italie

Bruxelles a décidé de lancer une opération d’appui à l’Italie en vue de gérer l’afflux des migrants tentant de traverser la Méditerranée. Toutefois, la Commission de l’Union Européenne (UE) a précisé que l’importance de ce projet dépendra de celle des contributions financières de ses Etats-membres.

Alfano-Frontex-al-posto-di-Mare-Nostrum
Enfin, l’UE a réagi aux multiples appels lancés par l’Italie. Ce pays fait face, depuis des mois, à l’arrivée de milliers de migrants, en provenance des côtes nord-africaines et qui tentent de gagner l’Europe par voie maritime. Mercredi dernier, la Commission européenne a annoncé sa décision. Baptisée « Frontex plus », cette nouvelle opération maritime d’envergure communautaire sera placée sous la responsabilité de Frontex, l’agence européenne en charge du contrôle aux frontières européennes. A noter qu’elle visera à remplacer l’actuelle opération « Mare Nostrum » initiée par l’Italie. « Le but est de mettre en place un Frontex plus élargi pour compléter ce que fait l’Italie», a expliqué Cecilia Malmström, la commissaire européenne chargée des Affaires intérieures.

Depuis début 2014, plus de 100 000 migrants en situation administrative irrégulière ont gagné les côtes italiennes. Un record. La guerre civile en cours en Syrie et la crise politico-militaire en Libye ont largement favorisé cette immigration clandestine. Pour rappel, l’opération italienne Mare Nostrum a été lancée après une tragédie. En octobre dernier, 366 migrants avaient péri au large de l’île de Lampedusa suite au naufrage de leur embarcation. D’où, la réaction du gouvernement italien, qui dépense 9 millions d’euros (12 millions de dollars) par mois pour maintenir ce dispositif de patrouilles, de recherches et de sauvetage en mer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *