Luxembourg : Impact des sanctions économiques sur la Russie

Luxembourg : Impact des sanctions économiques sur la Russie

Le Luxembourg pointe au troisième rang mondial des investisseurs en Russie. Ce pays frappé mardi de nouvelles sanctions économiques par l’UE, ces mesures pourraient avoir un impact négatif sur l’économie du Grand-Duché.

tts-asselborn
L’UE a pour objectif de contraindre la Russie à fermer sa frontière avec l’Ukraine de sorte que Moscou ne puisse fournir de l’équipement militaire aux séparatistes pro-russes. Pour ce faire, les dirigeants européens réunis mardi ont adopté des sanctions économiques contre la puissance émergente, à savoir blocage du secteur financier européen, interdiction des ventes d’armes, de biens à double usage militaire et civil et de technologiques sensibles dans le domaine de l’énergie. Avec une batterie de mesures défavorables au Luxembourg, ce pays jouit dans certains de ces secteurs d’une place de choix au niveau européen ou mondial.

Pour ce qui est de la Russie, le Grand-Duché y est le troisième investisseur mondial avec 37,2 milliards d’euros (50 milliards de dollars) injectés. Pas plus tard qu’en novembre dernier, ces deux partenaires ont convenu, à l’occasion de la commission mixte entre le Benelux et la Russie, d’étendre leur collaboration dans divers domaines, principalement, les finances, l’industrie et l’énergie qui sont désormais frappés par les mesures européennes. Plus en détail, deux banques russes établies sur la Place et disposant d’une licence luxembourgeoise et les établissements financiers luxembourgeois installés en Russie pourraient être touchés par ces mesures de sanctions tels que Gazprombank et l’EWUB au Luxembourg et Arendt&Medernach, Guardian ou Paul Wurth en Russie.

Malgré ce contexte difficile, le Luxembourg semble s’en sortir. A en croire son ministre des Affaires étrangères, Jean Asselborn, « le seul volet de sanctions qui toucheront le Luxembourg concerne l’accès au marché financier », ajoutant que « la Place le ressentira, mais ce ne sera pas une catastrophe ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *