Irlande : Plan pour la croissance et l’emploi

Irlande-Plan-croissance-emploiLe gouvernement irlandais a présenté mardi à Dublin un plan pour la croissance et l’emploi. Celui-ci est mis en place juste après l’annonce de la sortie du pays de l’assistance financière internationale.
C’est le Premier ministre Enda Kenny qui s’est chargé de dévoiler cette feuille de route dont l’objectif est de donner des « certitudes pour le peuple irlandais et pour les investisseurs » et garantir que « les erreurs du passé ne seront jamais répétées ». Dans ce document stratégique, le gouvernement irlandais a fait de l’emploi une de ses priorités.
En effet, pendant la période de crise économique (2008 – 2011), 330 000 emplois ont été supprimés. Selon le chef du gouvernement, des postes seront remplacés par de nouveaux. Pour ce faire, l’Exécutif s’est engagé à améliorer l’accompagnement des sans-emplois, notamment par le biais d’une formation spécifique, et à favoriser le retour à l’emploi en réformant le système de protection sociale. Pour rappel, le taux de chômage était de 12,5 % le mois dernier. Et selon des prévisions officielles publiées mardi, cet indicateur ne descendra pas sous les 10 % avant 2018.Pour ce qui est de la croissance, l’Exécutif mise sur 2 % pour l’année prochaine.
Quant à 2013, un modeste 0,2 % de progression du PIB est attendu. Ce n’est qu’à l’horizon 2020 – soit au terme de ce plan – que l’Irlande devrait enregistrer une croissance de 3 à 3,5 %. Quant au déficit, le gouvernement table sur 7,3 % cette année. Toujours selon les mêmes anticipations, il passera sous les 3 % en 2015 pour être annulé en 2018. Enfin, la dette irlandaise, qui devrait correspondre à 124 % en 2013, diminuera en dessous de 100 % en 2019.

1 Comment

  1. L’arrêt de l’assistance financière internationale et le début de croissance ne signifient point que l’Irlande est entièrement sortie de l’auberge. Tous les pays malades de l’Union européenne ont besoin d’une longue période de convalescence pour prétendre à une véritable guérison des effets pervers de la méchante crise économique internationale. 

Répondre à jean Bedel Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *