Slovénie : Refus d’une aide financière internationale

slovenie-refus-aide-financiereLes résultats des tests de résistance pratiqués sur le secteur bancaire de la Slovénie ont été rendus publics jeudi.Il en ressort que cet Etat sera en mesure de recapitaliser ses établissements financiers sans recourir à un plan de sauvetage.
4,8 milliards d’euros (6,4 milliards de dollars), c’est le montant nécessaire à la recapitalisation des banques slovènes. Celles-ci avaient été affaiblies par 7,9 milliards d’euros (10,5 milliards de dollars) de créances douteuses, soit 20 % du PIB national.
Ainsi, la Slovénie pourra-t-elle éviter d’appeler à l’aide l’Union Européenne ou le Fonds Monétaire International (FMI). En effet, ce pays dispose de réserves de l’ordre de 4,7 milliards d’euros (6,2 milliards de dollars), comme l’avait indiqué, la semaine dernière à Paris, le Premier ministre slovène Alenka Bratusek.
En ce qui concerne la répartition de ces disponibilités, les 3 principales banques de Slovénie, (La Nova Ljubljanska Banka (NLB), la Nova Kreditna Banka Maribor (NKB) et Abanka), qui appartiennent à l’Etat, devraient rafler 3,12 milliards d’euros (4,16 milliards de dollars) conformément à leurs besoins de recapitalisation. Par conséquent, ces établissements financiers n’auront pas à préjudicier leurs clients en opérant des ponctions sur leurs économies. A l’opposé, les détenteurs d’obligations connaîtront 441 millions d’euros (588 millions de dollars) de perte. Quant à l’approvisionnement, l’Etat slovène versera aux banques 2,1 milliards d’euros (2,8 milliards de dollars) en cash et 905 millions d’euros (1,207 milliard de dollars) sous le format de bons garantis.
Pour information, ces tests de résistance ont été effectués par les cabinets spécialisés, Deloitte, Ernst & Young et Oliver Wyman. Et, la somme nécessaire à la recapitalisation des banques slovènes, en l’occurrence 4,8 milliards d’euros, n’est en fait que la borne supérieure de l’intervalle estimé.

1 Comment

  1. la slovénie a tiré les leçons de la mésaventure de la grèce. bien qu’elle soit membre de l’union européenne elle sait qu’elle ne peut compter que sur elle-même en cas de pépin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *