France : EDF et GDF bousculés par les fournisseurs alternatifs

enjeux-enerLa concurrence dans le secteur de l’électricité et du gaz progresse rapidement en France, cassant lentement mais sûrement les monopoles d’EDF et GDF auxquels de nombreux consommateurs préfèrent de plus en plus les fournisseurs alternatifs.
Selon la commission de régulation de l’énergie (CRE), l’ouverture de ces secteurs à la concurrence en 2007 a été payante. Désormais, les usagers sont de plus en plus séduits par les offres des fournisseurs alternatifs, dont les prix sont plus attractifs que les tarifs réglementés des deux fournisseurs historiques, EDF et GDF Suez. Ainsi, sur 31 millions de foyers clients d’EDF, plus de 2,3 millions ont opté pour un fournisseur alternatif. Ces chiffres ont tendance à s’accélérer, selon les données du CRE. Rien qu’au cours du troisième trimestre de cette année, 67.000 consommateurs ont abandonné les tarifs réglementés pour des offres de marché, contre 58.000 au deuxième trimestre. Le mouvement est encore plus marqué dans le secteur du gaz, où plus d’un abonné sur dix de GDF a préféré un fournisseur alternatif aux tarifs réglementés.
Toutefois, dans les industries, les administrations et les autres abonnés, l’option pour l’offre de marché est beaucoup moins prononcée. La stabilité des prix réglementés du gaz, favorisée notamment par l’application de la révision mensuelle des prix, rassure visiblement les clients. Aussi, malgré la concurrence des fournisseurs alternatifs, les deux fournisseurs historiques gardent une majorité des parts de marché. EDF maintient encore 69% de la consommation toutes catégories confondues (industries, PME, ménages). Pour sa part, GDF garde 36% de la consommation au tarif réglementé.

1 Comment

  1. Vive la concurrence qui tue le monopole. L’arrivée de nouveaux concurrents sur le marché français de l’électricité, a sérieusement mis à mal les deux fournisseurs historiques, EDF et GDF Suez qui, seuls sur le marché, s’accordaient pour imposer la tarification qui leur sied sans se soucier du pouvoir d’achat du consommateur. Ce dernier n’avait d’autres choix pour éviter les coupures forcées de courant en plus des frais de retard de payement, que de se soumettre docilement aux caprices des deux prestataires et à leur frénésie du gain souvent exagéré ou difficilement justifiable. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *