Mali: les assassins des deux journalistes français pistés

Journaliste-tues-maliAlors que la France ne s’est pas encore remis du choc de l’assassinat de sang froid de deux journalistes français au Mali, Paris considère comme tout à fait « plausible » la revendication de ce double meurtre par Aqmi.La filiale d’Al Qaïda au Maghreb islamique avait revendiqué mercredi l’assassinat des deux journalistes de RFI Ghislaine Dupont et Claude Verlon. Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a déclaré que la revendication était toujours en cours de vérification. Mais il la juge plausible vu que d’autres revendications d’Aqmi avaient été publiées de la même façon, sur le site d’informations mauritanien saharamedias.net, généralement bien informé sur les activités des jihadistes au Sahara et au Sahel. Al Qaïda au Maghreb islamique affirme que l’assassinat des deux reporters est une réponse à ce que les extrémistes islamistes considèrent des « crimes » commis par la France contre les « musulmans dans l’Azawad », la partie Nord du Mali revendiquée par les séparatistes Touaregs.

Parallèlement à cette revendication, Paris continue ses investigations sur place à Kidal, où des enquêteurs français sont à pied d’oeuvre. Trois des auteurs présumés seraient connus des services de renseignement français et le cerveau de ce double meurtre aurait même été identifié. Par ailleurs, différentes sources font état de l’arrestation d’une vingtaine de suspects dans la région de Kidal où les deux journalistes ont été froidement abattus par balles, samedi dernier.

Le président François Hollande a affirmé mercredi que l’enquête progressait, alors que l’Elysée promettait que ces crimes ne resteront pas impunis, tout en réaffirmant l’engagement « sans relâche » de la France dans la lutte contre le terrorisme au Sahel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *