Libye : un an après, l’insécurité règne encore

Un an après la mort de Kadhafi et la chute de son régime, les nouvelles autorités libyennes peinent à imposer la sécurité dans le pays. Les violences de mercredi dans la ville de Bani Walid où 11 morts et plus de 75 blessés ont été dénombrés, en est la parfaite illustration. Bani Walid, environ 140 km au sud-est de Tripoli, est pointée du doigt par des groupes armés.

Lourdement armés, ces combattants l’accusent d’avoir été un bastion de Kadhafi et de servir encore de refuge pour ses partisans. La ville est toujours assiégée, et les autorités cherchent à négocier avec ses chefs militaires. L’objectif est d’obtenir l’entrée des forces gouvernementales dans la ville, sans davantage d’effusion de sang. Mais la méfiance entre les deux parties risque de faire perdurer la tension.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *