Israël refuse de discuter de la dénucléarisation du PO

Israël veut garder le monopole du nucléaire militaire dans la région du Proche-Orient. Tout en essayant par tous les moyens d’empêcher l’Iran d’accéder à la technologie nucléaire, les autorités politiques et militaires de l’Etat hébreu continuent à bouder les débats internationaux autour de la dénucléarisation du Proche-Orient. L’Etat hébreu est membre de l’AIEA, mais n’est pas signataire du traité de non-prolifération des armes nucléaires (TNP). Ce jeudi, le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères a annoncé que son pays n’ira pas à Helsinki, où doit se tenir une conférence internationale sur la dénucléarisation du Proche-Orient.

Israël justifie son refus de participer à la conférence d’Helsinki prévue fin 2012 ou début 2013, par « la situation explosive » au Proche-Orient qui n’est pas compatible avec la participation d’Israël à cette conférence organisée à l’initiative de l’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA) et avec le soutien des Etats-Unis, grand allié d’Israël. Un embargo crescendo est imposé à l’Iran, sous la pression d’Israël, par les puissances occidentales, pour empêcher ce pays musulman de se doter de l’arme atomique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *