MENA: Washington amorce un rapprochement stratégique avec l’allié marocain

Le lancement par les Etats-Unis, jeudi à Washington, d’un « Dialogue stratégique » avec le Maroc n’a pas manqué d’attirer l’attention des observateurs. Le souci des américains de circonscrire les menaces de déstabilisation accrues au Sahel et dans la zone MENA (Moyen Orient et Afrique du Nord), expliquerait leur ardeur à amorcer un rapprochement stratégique avec leur traditionnel partenaire marocain dans la région.

L’initiative de Washington d’enraciner davantage son partenariat avec le Maroc à travers un Dialogue stratégique, est aussi une reconnaissance explicite des Etats-Unis pour les réformes politiques et démocratiques introduites au Maroc. A cela s’ajoute le rôle régional stabilisateur du pays, et qui fait encore ses preuves en plein milieu des convulsions sanglantes qui secouent la région depuis plusieurs mois. Pour Washington, le Maroc offre un modèle de stabilité politique dans une région assez tourmentée, où l’insécurité risque de s’étendre encore pour une durée difficile à déterminer. L’exacerbation des tensions au Sahel, avec l’occupation du nord du Mali par des groupes islamistes liés à Al Qaïda constitue une source de grave préoccupation pour les Etats-Unis. La gravité de la situation vient de ce que les groupes Djihadistes éparpillés dans le désert disposent désormais d’armements et de moyens logistiques sophistiqués, issus des arsenaux de Kadhafi. Ils représentent désormais une menace directe non seulement pour les régimes en place dans la région, mais aussi pour la sécurité de la navigation aérienne et pour les intérêts occidentaux. Aussi, il apparaît clairement que Washington a trouvé en son allié marocain la tête de pont idéale dans la région. Surtout que la relation avec le partenaire marocain ne date pas d’aujourd’hui : En 2006, les Etats-Unis avaient signé un accord de libre échange avec le Maroc, faisant de lui le seul pays africain à être lié par un tel pacte de coopération avec Washington. Une démarche d’autant plus aisée pour Washington que le Maroc menait parallèlement des réformes politiques et économiques audacieuses. Pour soutenir leur allié marocain dans la région, les Etats-Unis ont aussi appuyé sa proposition d’autonomie pour mettre fin au conflit régional sur le Sahara occidental. Sur le plan stratégique, les Etats Unis avaient accordé au Maroc en 2004, la qualité d’allié majeur des Etats-Unis hors OTAN. Un choix révélateur des liens inscrits dans la durée entre les deux pays. Rien d’étonnant alors que le Maroc se voit livrer 24 chasseurs F-16 de haute technologie américaine. Les derniers modèles lui ont été fournis courant 2012.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *