Des milliers de sans-papiers vont être régularisés prochainement en Italie

Le gouvernement italien s’apprête à organiser une nouvelle grande campagne de régularisation « sanatoria » au profit des sans-papiers irrégulièrement installés en Italie.
La régularisation profitera immédiatement à 210.000 immigrés à raison de 60.000 pour ceux, dont le permis de séjour est sur le point d’expirer et 150.000 pour ceux qui n’ont pas de permis du tout.
Selon des estimations de l’ONG catholique « Caritas », le nombre des bénéficiaires pourrait atteindre les 400.000 étrangers. Cette nouvelle sanatoria a été décidée en vertu d’un nouveau décret-loi adopté par le gouvernement pour lutter contre le travail au noir très pratiqué dans les secteurs du bâtiment, de l’agriculture et du textile.

Adopté le 6 juillet dernier en application d’une directive européenne de 2009 et publié mardi au bulletin officiel, le nouveau texte de loi prévoit par ailleurs, de sévères sanctions à l’encontre des employeurs italiens qui font travailler illégalement plus de trois étrangers en situation irrégulière et des mineurs de moins de 16 ans.
Le décret-loi prévoit de lourdes peines à l’encontre de toute personne employant des travailleurs au noir ainsi que des sanctions administratives pouvant atteindre 150.000 euros, en plus d’une amende correspondant au coût moyen de rapatriement des employés irréguliers refoulés.
En contrepartie, il prévoit d’accorder une sorte d’amnistie aux travailleurs au noir, entrés illégalement en Italie avant le 31 décembre 2011, et qui s’engagent à dénoncer leurs employeurs. En cas de collaboration, ils auront droit un permis de séjour humanitaire de six mois, renouvelable pour une durée d’au moins un an.
Il accorde en même temps aux employeurs la possibilité de régulariser leurs employés travaillant à temps plein depuis au moins trois mois en échange du paiement d’une amende forfaitaire de 1000 euros, en plus des arriérés des cotisations patronales non versées, sans aucune poursuite.
Les aspirants au permis de séjour ont donc, un délai d’un mois seulement du 15 septembre au 15 octobre 2012, pour déposer leurs demandes de régularisation et les premiers arrivés seront les premiers servis comme dans le passé.
Selon l’Institut italien des statistiques, la péninsule compterait quelque 500.000 sans-papiers contre 3,6 millions étrangers en situation régulière en Italie.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *