L'avionneur canadien Bombardier aura bientôt son usine au Maroc

Le groupe canadien Bombardier, troisième avionneur mondial derrière Boeing et Airbus, a choisi le Maroc pour installer sa première usine de fabrication de composants aéronautiques en Afrique du Nord. Un « mémorandum d’entente » vient d’être signé entre le géant québécois de l’aéronautique et le gouvernement marocain pour la construction dès 2012 de cette usine. Le site devant abriter l’usine, dont le démarrage est prévu en 2013, sera déterminé ultérieurement. Le groupe Bombardier Aéronautique compte injecter sur huit ans, un investissement de 200 millions de dollars américains en équipement, en immeubles et en coûts de démarrage. Côté personnel, le constructeur canadien prévoit la création de 850 emplois qualifiés et 4000 autres indirects pour ce site. Le constructeur montréalais s’engage par ailleurs «à créer une industrie aéronautique de calibre mondial » dans le royaume chérifien.

Le choix du Maroc s’explique selon le président et chef de l’exploitation de Bombardier Aéronautique, Guy Hachey, par les « coûts manufacturiers concurrentiels sur le plan international, les faibles coûts de transport d’expédition, la proximité avec l’Europe et l’engagement du gouvernement marocain à développer l’industrie aéronautique ». Dans une première phase, l’usine démarrera par « l’assemblage partiel de structures simples », lesquelles seront précisées au cours des prochains mois, indique l’avionneur montréalais sur son site Internet. La firme canadienne a en outre, soutenu qu’elle ne s’attendait pas à ce que cette annonce, faite à l’occasion du salon de l’aéronautique de Dubaï 2011, ait une « incidence » sur les effectifs de ses usines actuelles, qui sont situées au Canada, aux Etats-Unis, au Mexique et en Irlande du Nord. En réaction à la décision de Bombardier, le Wall Street Journal commentait mercredi sur son site web, que le choix du Maroc pour installer son usine, confirme l’émergence du Royaume chérifien en tant que « hub en plein essor » pour l’industrie aéronautique mondiale. Citant le PDG du groupe, Pierre Beaudoin, la publication américaine des milieux d’affaire et de la finance relève également que le choix du Maroc qui abrite déjà un nombre important d’équipementiers aéronautiques, était un choix « nécessaire » pour le groupe Bombardier qui aspire à rester compétitif sur le marché international de l’aéronautique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *