L'extrême-droite contre la construction d'une mosquée en Catalogne

A l’approche des élections législatives anticipées prévues en novembre prochain en Espagne, l’extrême droite catalane a voulu faire une démonstration de force en s’attaquant à la communauté musulmane locale. Les militants d’une formation populiste ont pris pour cible le projet de construction d’une mosquée à Salt, dans la région catalane de Gérone. Le parti d’extrême-droite « Plataforma per Catalunya » envisageait ainsi l’organisation le 27 août, d’une manifestation contre ce projet.

Des tracts ont été distribués à Salt et les villages avoisinants, appelant les habitants à manifester contre le projet de mosquée. La ville de Salt, considérée comme la capitale de la communauté musulmane catalane, vit des tensions suscitées par ce projet. Alors que l’ancienne municipalité socialiste cette commune de la banlieue de Girona avair réservé plusieurs parcelles du secteur de « Torre Mirona », à l’écart du centre-ville, pour qu’y soient érigés des lieux de culte, les levées de bouclier se multiplient.
En effet, le plan d’urbanisme validé par l’ancien maire, Iolanda Pineda, battue lors des élections municipales de mai dernier, fait l’objet d’un moratoire d’un an, voté à la hâte, ce mercredi, par la nouvelle majorité. Celle-ci est dirigée per Jaume Torramadé, membre du parti démocrate-chrétien Union Démocratique de Catalogne, attaché aux traditions européennes. Mais la formation minoritaire, Plataforma per Catalunya, souffle sur les braises communautaires de Salt, en convoquant une manifestation d’opposition, samedi. La manifestation vient d’être interdite par le département catalan de l’Intérieur qui craint de voir éclater des incidents entre les manifestants et les membres de la forte communauté musulmane établie à Salt et en Catalogne. Les Marocains constituent la majorité au sein de la communauté musulmane et étrangère en Catalogne avec près de 230.000 personnes.
Le projet de la future mosquée est piloté par deux associations musulmanes qui avaient acquis des terrains dans le village de Salt.
La décision d’interdiction de la manifestation a été également prise sur la base d’un rapport des services de sécurité catalans mettant en garde contre de fortes probabilités d’éclatement d’affrontements, entre les militants d’extrême droite et la population musulmane, dans le cas où a lieu la manifestation, dont le calendrier coïncide avec le mois de jeûne de ramadan. Déjà en janvier dernier,  le décès accidentel d’un Marocain mineur lors d’une course poursuite avec la police qui le soupçonnait du vol d’une moto, a dégénéré par une manifestation à Salt, de 3000 personnes en majorité des Marocains.
Ayant eu la puce à l’oreille, les habitants musulmans de Salt et surtout les jeunes, ont mené campagne en faveur du projet en appelant à une contre-manifestation pour contrer les provocations des militants d’extrême-droite.
Pour éviter les accrochages entre les militants d’extrême droite et les jeunes de la communauté musulmane, la municipalité de Salt, dirigée par « Convergencia i Unio » (CiU, coalition nationaliste qui gouverne la Catalogne), envisage de suspendre carrément pendant un an, la livraison des permis de construire des lieux de culte dans la zone industrielle de la ville.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *