L’isolement du régime syrien se poursuit

Le cercle des condamnations du régime syrien s’élargit à travers le monde, sur fond d’une répression sanglante qui s’aggrave de jour en jour. Après un nouveau week-end sanglant qui a fait des dizaines de morts, plusieurs pays du Golfe ont haussé le ton contre le président Bachar Al-Assad.
L’Arabie Saoudite a rappelé dimanche 7 août son ambassadeur en Syrie, suivie lundi par le Koweït et Bahreïn. Tous ont dénoncé la poursuite de l’effusion de sang en Syrie et appelé le président syrien à cesser « immédiatement » les violences. Même Al-Azhar est sorti de sa réserve habituelle. La prestigieuse institution de l’islam sunnite du Caire a sèchement condamné le régime de Damas pour l’ampleur de la violence armée déployée face aux manifestants. Différentes sources parlent de près de 2000 morts syriens depuis la mi-mars. 
Ainsi, après les sanctions imposées par les pays occidentaux, la vague de condamnation arabe sonne comme un dernier clou dans le cercueil du régime en place en Syrie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *