Après son agression à Tunis, le ministre mauritanien des A.E se porte déjà mieux

Hamadi Ould Hamadi, fraichement nommé en mars 2011, au poste de Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, en remplacement de Madame Naha Mint Hamdi Ould Mouknass, a été agressé, vendredi dernier, à Tunis, par le premier conseiller de l’ambassade de Mauritanie en Tunisie, a-t-on appris à Tunis de sources proches de la mission diplomatique mauritanienne. L’agresseur, Abdel Kader Ould Mohamed Yahya aurait pris la poudre d’escampette peu après avoir asséné un coup à la tête de son chef hiérarchique, une faute professionnelle grave d’un genre rarissime dans les milieux diplomatiques. Il fait actuellement l’objet d’un mandat d’arrêt international lancé à son encontre par le gouvernement de son pays.

A la suite de cet incident qui s’était produit dans l’enceinte de la mission diplomatique mauritanienne à Tunis, le mis en cause a expliqué à la presse mauritanienne qu’il a agi ainsi « après avoir été informé par son ministère de tutelle de son éviction ». Le gouvernement Mauritanien aurait même demandé aux autorités tunisiennes, l’extradition du diplomate agresseur sur la base du mandat d’arrêt international émis à l’encontre de Mohamed Yahya qui se trouve encore sur le territoire tunisien et chercherait à s’infiltrer en Libye, où il serait plus en sécurité. L’ex-ministre de la Défense, Hamadi Ould Hamadi, qui était de retour d’une mission de médiation en Libye, avait décidé de faire escale à Tunis pour prendre contact avec le personnel de l’ambassade. C’est au cours d’une entrevue avec le premier Conseiller que ce dernier s’est acharné contre lui en le blessant à la tête. Hamadi a été immédiatement conduit dans une clinique de la capitale tunisienne, où il a reçu les premiers soins, avant de s’envoler pour Nouakchott. Le 9 juin dernier les ambassadeurs de Mauritanie en Tunisie et au Maroc avaient été rappelés à Nouakchott, où ils ont été informés de la décision du gouvernement de mettre fin à leurs missions. Le ministre Hamadi Ould Hamdi aurait retrouvé la forme, puisqu’il vient de recevoir à son bureau, des diplomates arabes accrédités à Nouakchott, venus ce lundi lui rendre une visite de courtoisie pour s’enquérir de son état de santé.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *