La BEI s’active au sud de la Méditerranée

Sept semaines après le Sommet du G8 à Deauville, en France, les 26 et 27 mai derniers et qui avait vu les pays les plus industrialisés du monde s’engager aux côtés des révolutions arabes, les ministres européens de l’Economie et des Finances réunis à Bruxelles pour la 11ème réunion euro-méditerranéenne mardi dernier ont discuté de l’aide à apporter, principalement à l’Egypte et à la Tunisie. L’on se souvient qu’à Deauville, l’Egypte et la Tunisie avaient exposé leurs besoins financiers pour la période post-révolution. Le soutien de la BEI (Banque Européenne d’Investissement) estimé à environ 8.5 milliards de dollars US d’ici 2013 dont 4.9 milliards uniquement pour la Tunisie et l’Egypte, a été le principal sujet de discussion.

Le programme opérationnel FEMIP (Facilitation Euro-Méditerranéenne d’Investissement et de Partenariat), moyen par lequel la BEI intervient, a été fixé par les participants à l’issue de la rencontre. Le FEMIP 2012-2013 s’articule principalement sur la création d’emplois et le développement de la culture entrepreneuriale à travers le soutien aux PME, une urgence pour les pays du côté sud de la Méditerranée confrontés à des taux de chômage élevés. La 9ème conférence de la FEMIP sur le financement des PME devrait d’ailleurs se tenir en Tunisie, avant la fin de l’année. La BEI était représentée par son vice-président, Philippe de Fontaine Vive. En tant que premier investisseur financier dans la région de la Méditerranée, elle a été parmi les premiers partenaires à soutenir les transitions démocratique, économique et sociale en Afrique du Nord, principalement en Tunisie.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *