L’UpM se cherche un nouveau patron

L’Union pour la Méditerranée (UpM) se cherche un candidat pour le poste de son Secrétaire général. Ce poste est vacant depuis la démission, fin janvier dernier, du jordanien Ahmed Massa’deh. Trois ans depuis son lancement en 2008 à l’initiative du président français, Nicolas Sarkozy, cette union qui regroupe 43 pays euro-méditerranéens, peine encore à imposer sa présence dans le pourtour méditerranéen.

L’Espagne qui en abrite le siège, tente d’insuffler une « nouvelle vie » à l’Union pour la Méditerranée (UPM). A cette date le candidat donné favori pour siéger à la tête de l’UpM n’est autre que le N° 3 de la diplomatie marocaine. Le secrétaire général du ministère marocain des affaires étrangères, Youssef Amrani a déjà le soutien inconditionnel de Paris. Sa candidature a été qualifiée d’ »excellente » par le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé. Parlant de l’approbation le week-end dernier, de la candidature de Youssef Amrani par la Ligue arabe, Juppé a précisé que « les pays du Sud se sont mis d’accord pour le poste de secrétaire général sur la candidature » d’Amrani ». Il s’agit « d’une excellente candidature que nous allons soutenir », a-t-il déclaré mardi lors de la séance parlementaire des questions orales au gouvernement, en réponse à une question du député français Jean Roatta, sur la relance de l’UpM. Au Quai d’Orsay, le porte-parole du département des A.E, Bernard Valero a assuré lui aussi que la France accueillait « avec bienveillance et favorablement » la candidature du diplomate marocain. « Nous le connaissons bien et le tenons en haute estime », a assuré Valero. Pour le journal espagnol « El Mundo », le diplomate marocain qui maitrise parfaitement la langue espagnole, a été pendant huit ans une « pièce fondamentale » dans les relations entre le Royaume ibérique et le Royaume chérifien. Après l’appui des pays arabes la candidature de Youssef Amrani, «mijotée par l’Espagne, est conditionnée par l’approbation, le mois prochain, des pays du Nord », commente le journal. L’UpM, dont le siège est basé à Barcelone en Espagne, est le seul forum méditerranéen qui réunit autour de la même table Européens, Arabes, Israéliens et turcs. Son décollage est freiné jusqu’à présent par deux différends territoriaux à savoir le conflit israélo-palestinien et le conflit du Sahara Occidental. La candidature de Youssef Amrani a été présentée officiellement par le Maroc, dimanche 15 mai, lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays arabes méditerranéens, en marge de la réunion extraordinaire du Conseil ministériel de la Ligue arabe au Caire. Avec tous les soutiens qu’il recueille, le candidat marocain est sûr d’élire bientôt domicile à Barcelone.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *