Les jeunes maghrébins veulent forcer la réouverture des frontières maroco-algérienne

Une soixantaine de jeunes maghrébins représentant 25 coordinations et organisations de la jeunesse des pays du Maghreb, s’apprêtent à une mobilisation de masse pour forcer la réouverture des frontières maroco-algériennes.

Réunis dans le cadre d’un congrès la semaine écoulée à Tunis, les jeunes congressistes ont décidé de mobiliser le plus grand nombre de jeunes des cinq pays du Maghreb à l’occasion du match retour devant opposer le Maroc et l’Algérie le 4 juin à Casablanca pour le compte des éliminatoires de la coupe d’Afrique des nations 2012. Les jeunes maghrébins devraient faire le départ à partir de la Tunisie pour traverser l’Algérie à bord d’autocars et franchir la frontière en direction de Casablanca pour assister au match. Les jeunes seront mobilisés à travers une large campagne médiatique avec le soutien des organisations des sociétés civiles maghrébines. A travers cette initiative, les représentants des 25 coordinations et organisations entendent exprimer le refus des jeunes du Maghreb du maintien de la fermeture des frontières dans l’espace maghrébin. Dans une déclaration baptisée « Appel de Tunis « , les congressistes ont souligné par ailleurs, la nécessité de trouver d’urgence une solution à la question du Sahara marocain. Pour faire aboutir ces deux initiatives, ils ont de même décidé de créer une coalition sous le nom de « Mouvement de l’Union de la jeunesse maghrébine », pour réaliser une série « d’objectifs stratégiques », notamment l’édification d’une union maghrébine démocratique intégrée où prévaut le respect des droits de l’Homme tels qu’ils sont universellement reconnus. Dans un communiqué final, les jeunes congressistes ont appelé à la création d’un conseil consultatif maghrébin regroupant l’ensemble des forces vives de l’espace maghrébin. Il a été également convenu de mettre en place une commission de suivi chargée d’élaborer une « charte de démocratie maghrébine » qui définit les droits et les libertés des peuples de la région. Mettant enfin l’accent sur l’impératif de préserver l’identité maghrébine dans sa richesse et sa diversité, tout en renforçant son ouverture sur son environnement, les jeunes maghrébins ont appelé à la création d’un institut des études maghrébines. Les jeunes arabes qui ont fait tomber des dictatures peuvent-ils relever ces défis devant lesquels ont abdiqué les partis politiques et les décideurs de leurs pays, à savoir la relance du projet mort-né de l’UMA en passant par la réouverture préalable des frontières maroco-algériennes et le règlement du problème du Sahara Occidental ? A l’heure du printemps arabe, les jeunes ont déjà montré qu’ils étaient capables de remuer les âmes endormies.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *