L'UE ouvre son marché aux exportateurs palestiniens

Les palestiniens sont désormais autorisés à exporter librement tous leurs produits agricoles et de la pêche vers le marché de l’Union européenne (UE). Cette décision a été prise aux termes d’un accord signé mercredi par le Haut Représentant pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Catherine Asthon et le Premier ministre palestinien, Salam Fayyad.

Le présent accord donnera un accès immédiat et la libéralisation totale, pour une période transitoire de dix ans, au marché de l’UE, avec extension possible dans le temps, à tous les produits agricoles, produits agricoles transformés, les poissons et produits de la pêche originaires de la Cisjordanie et la bande de Gaza, indique la Commission européenne. Une clause de révision est prévue au bout de 5 ans à compter de l’entrée en vigueur. La seule exception est le droit spécifique applicable aux importations de fruits et légumes dans le cadre du système de prix d’entrée qui restera applicable si ces prix ne sont pas respectés. L’accord prévoit également de nouvelles dispositions concernant la coopération administrative et une assistance efficaces, afin d’assurer que seuls des produits palestiniens bénéficieront de ce régime spécifique, précise la même source. L’objectif de cet accord est de faciliter le commerce palestinien qui est un élément crucial du processus de construction de l’Etat palestinien, souligne la diplomate en chef de l’UE et vice-présidente de la commission européenne, Catherine Ashton. Pour le commissaire européen chargé de l’Agriculture, Dacian Ciolos, l’accord offre un accès gratuit pour les exportations agricoles palestiniennes dans « notre marché de 500 millions de consommateurs ». Selon le commissaire européen Karel De Gucht, l’accord a été réalisé « grâce à un engagement réel et collectif de l’Union européenne à améliorer son offre commerciale en faveur de l’économie palestinienne ». En attendant la reconnaissance de l’Etat palestinien tant souhaitée par les populations de Cisjordanie et de Gaza, l’Union européenne a multiplié les gestes de coopération envers les Palestiniens. Elle a débloqué une somme de 300 millions d’euros en 2011, en faveur de la Palestine, a souligné Catherine Ashton. « L’Autorité palestinienne a fait des progrès significatifs dans le renforcement de l’Etat », a dit Ashton, ajoutant qu' »aujourd’hui les institutions palestiniennes se comparent favorablement avec ceux des Etats établis ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *