Liban : quel impact économique après la visite d’Ahmadinejad ?

Assisterai-t-on à un glissement économique au Liban ? Le pays du cèdre, réputé pour être un poumon financier dans une région économiquement morose, va-t-il payer les pots cassés suite à la démonstration de force du président iranien ? Il se pourrait en effet que l’on assiste à un mécanisme de défiance de la part de plusieurs établissements financiers internationaux ayant succursale à Beyrouth, un repli qui serait en partie du à la visite embarrassante de Mahmoud Ahmadinejad, qui risquerait de positionner le pays comme un « satellite iranien », come l’a qualifié le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou.

Ce glissement dans l’orbite de Téhéran ne permettrait pas de compenser les pertes en termes d’image pour le Liban, ainsi qu’en business délocalisé par des institutions ne voulant pas avoir affaire-ni de près ni de loin- avec un régime proche de l’excommunication par la communauté des Nations. Il se pourrait cependant, que le Liban puisse profiter d’un certain effet d ‘aubaine, les grands investisseurs internationaux qui souhaitent commercer avec l’Iran voulant utiliser Beyrouth comme un « hub économique » d’accès à Téhéran, à l’image de ce que sont les représentations diplomatique suisses dans certains pays, où elles abritent les bureaux des « affaires iraniennes ». Cependant, cet effet serait vite contrebalancé par un déficit d’image tel que personne ne peut imaginer que Beyrouth voudra jouer cette partition sur le fil. Alors que l’opposition iranienne, portée par Reza Khatami, le frère de l’ancien président Mohamed Khatami, s’est également émue de la visite d’Ahmadinejad en adressant une lettre ouverte au chef du Hezbollah, de nombreux hommes politique libanais ont fait part de leur consternation au lendemain de la visite du controversé président Iranien.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *