Maroc : destination régionale privilégiée de l'offshoring

Le Maroc se place aujourd’hui en destination régionale privilégiée de l’offshoring. Une évolution qui a été soulignée par une rencontre des experts de l’Outsourcing (Med Sourcing Morocco- MSM), réunis les 7 et 8 octobre à Casablanca pour discuter de l’avenir de ce secteur en pleine expansion. Le but de la manifestation était de « mettre en exergue l’ensemble des opportunités pour les entités désireuses d’évaluer et d’optimiser leurs opérations d’externalisation en générale, et au Maroc en particulier », a souligné Fathallah Sijilmassi, le Directeur général de l’Agence Marocaine de Développement des Investissements.

L’AMDI était la co-organisatrice, avec la filiale MedZ de la Caisse de Dépôt et de Gestion, de cette 1ère édition de MSM. La rencontre a réuni quelque 150 décideurs et experts. Des professionnels Français, Américains, Espagnols, Britanniques, mais aussi de l’Inde, qui est un leader mondial de l’outsourcing, ont échangé leurs expertises et leur savoir-faire, tout en devisant sur les évolutions prévisibles de ce secteur dans le monde. Tous ont convenu des potentialités considérables du Maroc dans ce secteur. Une performance rendue possible grâce à une démarche intégrée : le développement de plateformes dédiées aux activités de l’offshoring qui répondent aux standards internationaux, la formation de ressources humaines de qualité, la mise en place d’un cadre légal incitatif, et un accompagnement de l’investissement bien adapté. Autant d’atouts qui renforcent la compétitivité du Maroc et font du Royaume une destination appréciée, qui compte sur la carte internationale des destinations offshores. Le pays accueille déjà des entreprises d’envergure qui emploient actuellement plus de 30 000 personnes. Au Maroc, l’outsourcing constitue un réel vecteur de croissance. Les spécialistes prévoient qu’à l’horizon 2015, le secteur pourrait offrir quelque 100.000 emplois et un chiffre d’affaires sectoriel prévisionnel de plus de 20 milliards de Dirhams (quelque 1,8 milliard d’euros).

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *