Une discothèque espagnole suscite la rage des Musulmans

Une discothèque a déclenché la rage des défenseurs de l’Islam contre toute l’Espagne. Des groupes islamistes radicaux sont allés au point de proférer des menaces d’attentats partout dans le pays. A l’origine de ces menaces, le nom de «La Meca» retenu par les propriétaires pour leur boîte de nuit et qui renvoie à celui de la ville sainte de l’Islam «la Mecque».

La seconde raison est l’architecture extérieure et intérieure qui ressemble étrangement à une mosquée. Depuis son ouverture le 18 juin dernier, cette discothèque bâtie à Águilas, dans la région de Murcie, s’est attirée la colère des Musulmans non seulement d’Espagne, mais de bien d’autres contrées. Même les hackers ont mis la main dans la patte en détruisant le site web de « La Meca ». Lundi 13 septembre, le site internet de la discothèque est piraté et détruit par un hacker qui réclame le changement immédiat du nom de la boîte de nuit et menace d’une « grande guerre entre l’Espagne et le peuple de l’Islam ». C’était le refus d’un agent de sécurité sénégalais de confession musulmane, de travailler dans la discothèque pour non compatibilité de son nom avec ses croyances religieuses, qui en une semaine, a fait le tour de la Toile, entraînant derrière lui des milliers de protestataires. Face à cette vague de protestations, de dénonciations et surtout de menaces d’attentats contre les stations métro et les sites nucléaires du pays, des menaces prises trop au sérieux par les services de renseignements espagnols, surtout après les attentats de Madrid du 11 mars 2004, les propriétaires de la controversée discothèque ont fini par faire machine arrière. Cette polémique commence et finit comme celle créée par le pasteur américain Terry Jones qui avec son petit groupe intégriste chrétien « Dove World Outreach Center », voulaient brûler des exemplaires du Coran avant de se rétracter devant la pression des Musulmans. Après d’intenses négociations avec les représentants des organisations musulmanes de Murcie, les propriétaires de la boîte de nuit se sont finalement résignés à rebaptiser cette dernière en lui donnant la nouvelle dénomination « L’île ». Le croissant de lune sur le dôme a été retiré et le minaret sera lui aussi transformé en phare. Il semble que la bataille entre Chrétiens et Musulmans ne fait que commencer sous l’effet de l’immigration et de la globalisation !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *