Sahara Occidental : le chef de la police du Polisario plaide en faveur du plan marocain d’autonomie

Sahara Occidental : le chef de la police du Polisario plaide en faveur du plan marocain d’autonomie

Le chef de la police du Polisario s’est dit prêt à défendre la proposition marocaine d’un large plan d’autonomie au Sahara Occidental. C’est « une bonne initiative », a ainsi affirmé Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, inspecteur général de la police du Polisario, peu après son arrivée à Smara (Sahara Occidental), où il a donné une conférence de presse. Salma Ould Sidi Mouloud, 42 ans s’est dit être favorable à la reprise du dialogue sur la base de la proposition marocaine d’une large autonomie au Sahara Occidental, se disant engagé à défendre la proposition marocaine devant la direction de son mouvement.

« Je retournerai dans les camps de réfugiés sahraouis à Tindouf (sud-ouest algérien) pour défendre cette option », a-t-il assuré aux médias présents à Smara. Car, a-t-il soutenu, l’option de l’autonomie proposée par le Maroc serait « conforme aux intérêts du peuple sahraoui ». Natif de Smara (200 km au sud de Laayoune, chef-lieu du Sahara occidental) et originaire des R’guibat, l’une des tribus sahraouies les plus influentes, Salma Ould Sidi Mouloud a fait part aux journalistes présents vouloir à titre « strictement privé » jouer un rôle de médiateur, précisant que son initiative n’était nullement une « mission pour le compte du Polisario ». »Notre peuple a trop attendu et le temps est venu de trouver une solution qui convienne à l’intérêt et à la dignité des Sahraouis », a-t-il ajouté. M. Ould sidi Mouloud a conclu en précisant qu’il occupait toujours les fonctions d’inspecteur général de la police du Polisario, et qu’il comptait retourner bientôt à Tindouf, où l’attendent une partie de sa famille et ses enfants. Le Maroc a proposé en 2007 une large autonomie à ce territoire qu’il a annexé en 1975.Le Polisario, mouvement indépendantiste soutenu par l’Algérie, rejette le projet marocain et réaffirme « le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination », via un référendum. Un cessez-le-feu a été conclu en 1991 par les deux protagonistes sous l’égide des nations Unies, mais tous les plans de règlement négociés qui leur ont été soumis n’ont pas abouti à une solution définitive du conflit du Sahara Occidental, ancienne colonie espagnole.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *