Trois fédérations du CFCM refusent de signer la charte des principes de l’islam de France

Trois fédérations du CFCM refusent de signer la charte des principes de l’islam de France

Trois fédérations membres du Conseil français du culte musulman (CFCM) ont fait savoir hier mercredi qu’elles refusaient de signer en l’état la «charte des principes» de l’islam de France, qui avait été paraphée dimanche par cinq des neuf fédérations du CFCM. 

Le Comité de coordination des musulmans turcs de France (CCMTF), Millî Görü (CIMG) et le mouvement Foi et Pratique, proche des prédicateurs du Tabligh prônant une pratique religieuse rigoriste, ont dit déplorer « certains passages et formulation du texte soumis» qui «sont de nature à fragiliser les liens de confiance entre les musulmans de France et la nation». 

Ces fédérations estiment que «certaines déclarations contenues dans la charte portent atteinte à l’honneur des Musulmans, avec un caractère accusatoire et marginalisant». 

Une source proche du dossier affirme que les principaux points de désaccord exprimés par ces fédérations portent sur la définition des «ingérences» étrangères et la définition précise de l’islam politique. Les trois fédérations demandent «une consultation élargie, démocratique et participative» de leur base avant de signer un texte dont elles saluent néanmoins l’esprit. 

Réclamée par le président français, Emmanuel Macron dans la foulée de son offensive contre le «séparatisme», la «charte des principes» de l’islam de France, dénonce notamment «l’instrumentalisation» politique de l’islam, proscrit « l’ingérence » d’Etats étrangers dans le culte en France et réaffirme la « compatibilité » de la foi musulmane avec la République. Elle doit ouvrir la voie à la création d’un Conseil national des imams (CNI), qui sera chargé de « labelliser » les imams exerçant en France. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *