Kim Jong-Un veut renforcer l’arsenal nucléaire de la Corée du Nord

Kim Jong-Un veut renforcer l’arsenal nucléaire de la Corée du Nord

Le leader nord-coréen, Kim Jong-un s’est engagé ce mercredi, lors de son discours de clôture du congrès du parti au pouvoir, à renforcer l’arsenal nucléaire de la Corée du Nord, rapporte l’agence de presse officielle KCNA. 

La Corée du Nord a élaboré des plans pour la construction d’un sous-marin nucléaire, une mesure visant à changer la donne sur le plan stratégique, a déclaré Kim Jong-un faisant état d’une longue liste de nouveaux programmes d’armements, dont des têtes nucléaires hypersoniques, des satellites de reconnaissance militaire et des missiles balistiques intercontinentaux à carburant solide. 

Depuis que Kim Jong-un est au pouvoir, les programmes militaires nord-coréens ont progressé rapidement. La Corée du Nord a réalisé son essai nucléaire le plus puissant et elle s’est dotée de missiles capables d’atteindre la totalité du territoire continental des Etats-Unis. La poursuite de ces développements interdits par plusieurs résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies a d’ailleurs entraîné un renforcement des sanctions internationales contre Pyongyang. 

Au cours de ce congrès qui a duré huit jours, soit deux fois plus que la durée du précédent congrès du Parti des travailleurs en 2016, Kim Jong-un a sévèrement critiqué les Etats-Unis à l’heure où le président démocrate Joe Biden s’apprête à remplace le républicain, Donald Trump à la la Maison Blanche. 

Kim Jong-un et Donald Trump ont eu une relation tumultueuse, entamée par des échanges d’insultes et des menaces réciproques de guerre totale avant de déboucher sur un rapprochement diplomatique spectaculaire. Cependant, les négociations sur le processus de dénucléarisation dans la péninsule coréenne sont au point mort en raison des divergences de vues sur l’alllègement des sanctions internationales que Kim Jong-un réclamait au préalable de Washington pour poursuivre les négociations. 

Mais les relations ne se présentent pas forcément sous de meilleurs auspices entre Kim Jong-un et Joe Biden qui avait qualifié durant sa campagne électorale en novembre dernier, le leader nord-coréen de « voyou ». 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *