Libye : La NOC dénonce la présence de mercenaires russes sur un site pétrolier

Libye : La NOC dénonce la présence de mercenaires russes sur un site pétrolier

Le patron de la compagnie pétrolière nationale libyenne (NOC), Mustafa Sanalla, a exprimé dans un communiqué, son inquiétude face à la présence depuis vendredi dernier, de mercenaires russes et étrangers sur le champ pétrolier d’al-Charara.

D’après le patron de la NOC, un convoi de «dizaines de véhicules est entré sur le site jeudi soir». Sous contrôle du camp du maréchal dissident Khalifa Haftar, le champ d’al-Charara avait repris début juin, la production du brut, après plusieurs mois de suspension. Mais, trois jours après cette relance, le site était de nouveau paralysé par des miliciens soumis à l’homme fort de l’est libyen.

Selon la NOC, le champ d’al-Charara, qui se trouve dans la région d’Oubari, à près de 900 km au sud de la capitale libyenne, Tripoli, produit d’ordinaire 315.000 barils par jour, alors que la production au niveau national dépasse le un million de barils au quotidien. 

Sanalla a également dénoncé « les tentatives de pays étrangers » de bloquer la relance de la production de brut, soulignant que ces Etats «profitent de l’absence du pétrole libyen sur les marchés mondiaux» et, pendant qu’ils déplorent «en public et avec cynisme» l’arrêt de la production en Libye, ils « soutiennent en coulisse» ceux qui l’empêchent.

La gestion et l’exploitation de ce site pétrolier est confiée par la joint-venture Akakus,à un consortium regroupant la NOC, l’autrichien OMV, l’espagnol Repsol, le français Total et le norvégien Statoil.

L’économie libyenne est dépendante, en grande partie, des revenus générés par l’exploitation pétrolière. Depuis janvier dernier, divers champs pétroliers sont paralysés par les forces loyales au maréchal Haftar qui a le soutien de Moscou, du Caire et d’Abou Dhabi.

Si le gouvernement russe a toujours nié être impliqué dans la présence de mercenaires russes sur le sol libyen, un rapport d’experts des Nations Unies paru en mai a confirmé la présence en territoire libyen, de mercenaires du groupe Wagner, réputé proche du chef de l’Etat russe Vladimir Poutine.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *