Dakhla : Session de formation cinématographique au profit de jeunes étrangers et marocains du Sud

Dakhla : Session de formation cinématographique au profit de jeunes étrangers et marocains du Sud

Une vingtaine de jeunes étrangers et marocains originaires des provinces sud du Royaume ont bénéficié, du 6 au 15 décembre, d’une session de formation et d’accompagnement dans le domaine cinématographique.

Les cours de formation se sont déroulés en présence d’étudiants et de professeurs de cinéma venus de divers pays, dans le but de créer des liens de rencontre, de collaboration et d’apprentissage mutuel.

Initiée dans le cadre de Dakhla film forum, cette session offre l’occasion à des étudiants et lauréats du Sahara Lab, de se rencontrer, de collaborer et de tisser des liens culturels, cinématographiques avec d’autres étudiants étrangers venus d’Espagne, de France et de Slovaquie.

Dans l’esprit de la continuité des sessions de formation et d’accompagnement cinématographique organisées par Sahara Lab au profit de jeunes de la zone sud du Royaume, cette rencontre constitue une occasion pour les jeunes participants de partager leurs œuvres et expériences cinématographiques, assister à des master classes, des ateliers d’écritures et de réalisation et explorer les opportunités de collaboration et de coproduction entre étudiants de différents pays.

Dakhla film forum a pour but de « semer les graines d’un cinéma d’expression personnelle, authentique et lyrique, pour exprimer les multitudes facettes de l’identité et héritage marocain hassani, qui déborde de valeurs humaines partagées par tous ».

En effet, cinq universités et écoles de cinéma des pays invités ont pris part à ce forum, à savoir l’académie du cinéma et de la télévision de Bratislava (Slovaquie), l’école supérieure d’audiovisuel, relevant de l’Université de Toulouse (France), la faculté de communication de Cuenca, relevant de l’université de Castille-La Manche (Espagne), l’institut d’études supérieures des arts, marché de l’art, métiers de la culture (Paris) et Sahara Lab.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *