Banque Mondiale-Doing Business : Le Maroc gagne 7 place dans le classement 2020

Banque Mondiale-Doing Business : Le Maroc gagne 7 place dans le classement 2020

Le Maroc a gagné 7 précieuses places dans le classement Doing Business de la Banque mondiale et occupe désormais le 53ème rang mondial sur 190 pays.

Compte tenue de sa fulgurante progression dans le classement du Doing Business 2020 que la BM a publié ce jeudi à Washington, le Maroc fera très prochainement son entrée dans le top 50 mondial des pays offrant le meilleur environnement des affaires.

Selon les objectifs des équipes du Comité national de l’environnement des affaires «CNEA» et de la primature, le Maroc devait gagner 5 places en 2020 pour intégrer le top 50 en 2021.

Le Maroc occupe désormais le 53e rang mondial, le 3e dans le monde arabe et en Afrique et la première position en Afrique du Nord.

Le Maroc se maintient donc à la tête des cinq pays maghrébins à savoir : la Tunisie 78ème, la Mauritanie 152ème, l’Algérie 157ème et la Libye 186ème.

Dans la région MENA (Moyen Orient et Afrique du Nord), le Royaume occupe la troisième place derrière les Émirats arabes unis (16ème) et Bahreïn (43ème) et devant l’Arabie saoudite (62ème), Oman (62ème), la Jordanie (75ème), le Qatar (77ème), le Koweït (83ème)  et l’Egypte (114ème).
Toujours selon le rapport de la BM, le Maroc a conservé sa troisième position en Afrique derrière les îles Maurice, classées au 13ème rang mondial, le Rwanda (38ème), et devant le Kenya (56ème), l’Afrique du Sud (84ème), le Sénégal (123ème) et le Nigeria au 131ème rang.
La performance du Maroc dans ce nouveau classement mondial est imputable entre autres, à l’adoption d’une série de mesures et de réformes importantes liées à l’activité économique et entrepreneuriale qui font partie du programme de travail du CNEA.

Le Maroc a nettement rapproché ses normes à celles en vigueur dans les grandes économies mondiales, grâce à l’amélioration des cadres juridiques et réglementaires pour les entreprises, la numérisation des procédures administratives, la création de plates-formes digitales pour les services et les guichets uniques, explique le CNEA dans un communiqué.

L’environnement des affaires dans le Royaume est constamment amélioré et le gouvernement marocain maintient le cap dans ses réformes pour rendre le pays plus attractif notamment en matière d’investissements.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *