L’opposant russe Alexeï Navalny condamné à une nouvelle peine de prison de 20 jours

L’opposant russe Alexeï Navalny condamné à une nouvelle peine de prison de 20 jours

Quelques secondes à peine après être sorti de prison, l’opposant russe Alexeï Navalny a de nouveau été arrêté et condamné par un tribunal de Moscou à une peine de 20 jours de détention pour avoir appelé à manifester contre la très impopulaire réforme des retraites.

Navalny venait de purger une peine de 30 jours pour une manifestation non autorisée en janvier pendant laquelle il avait appelé à boycotter l’élection présidentielle du 18 mars.

A sa sortie de prison, Alexeï Navalny a été appréhendé par des policiers et conduit dans un commissariat. Après huit heures pass4ées en cellule, il a été conduit dans un tribunal, où il a été accusé et condamné pour avoir appelé à une manifestation qui a porté atteinte à la santé de personnes, en l’occurrence de policiers.

Alexeï Navalny avait appelé les Russes à manifester le 9 septembre contre le très impopulaire projet gouvernemental de réforme des retraites, mais il se trouvait lui-même en prison pendant ces rassemblements qui ont donné lieu à des centaines d’arrestations, parfois très musclées, dans tout le pays.

L’annonce en juin d’un relèvement de l’âge de la retraite de 5 ans pour les hommes à 65 ans et 8 ans pour les femmes à 63 ans a provoqué de nombreuses manifestations, notamment à l’appel du Parti communiste.

Ces dernières années, Alexeï Navalny a passé 172 jours en prison. L’opposant russe âgé de 42 ans est devenu la principale figure de l’opposition russe depuis d’importantes manifestations en 2011 et 2012.

Plusieurs manifestations qui comptent parmi les plus importantes récemment organisées en Russie se sont déroulées à son appel et sa rhétorique anti-corruption trouve un écho particulier auprès des jeunes qui le suivent sur Internet.

Les arrestations à répétition dont il est l’objet visent à le marginaliser alors qu’il avait été déclaré inéligible à la présidentielle de mars pour une condamnation judiciaire qu’il juge politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *