Les Etats-Unis ferment la mission diplomatique palestinienne à Washington

Les Etats-Unis ferment la mission diplomatique palestinienne à Washington

Les Etats-Unis ont décidé de fermer le bureau de représentation palestinienne à Washington, accusant les dirigeants palestiniens de n’avoir pas engagé des «négociations directes et significatives avec Israël».
Cette nouvelle mesure de rétorsion a été qualifiée par les Palestiniens de dangereuse escalade.
Confirmant une décision qui avait été déjà rendue publique par les dirigeants palestiniens, la porte-parle du Département d’Etat américain Heather Nauert a rappelé dans un communiqué que Washington avait permis jusqu’ici aux Palestiniens de garder leur mission diplomatique uniquement pour qu’ils s’engagent dans un effort de paix, ce qui n’a pas été le cas pour l’administration Trump.
En plus du gel persistant des relations entre Palestiniens et Américains à l’initiative du président Mahmoud Abbas, la fermeture de la représentation à Washington a été justifiée du côté Américain, par les démarches palestiniennes visant à traîner les dirigeants israéliens devant la justice internationale pour «crimes de guerre».
Les Etats-Unis envisagent même de sanctionner la Cour Pénale Internationale «CPI», qui désire mener des investigations sur des crimes en Afghanistan, si cette dernière devait poursuivre des enquêtes sur les Etats-Unis et Israël, sanctions qui pourraient inclure l’interdiction d’entrée sur le territoire américain des juges et des procureurs du tribunal international ainsi que le gel de leurs actifs.
Depuis quelques semaines, la Maison Blanche multiplie les mesures contre l’Autorité palestinienne. Ainsi, Washington a annulé plus de 200 millions de dollars d’aide américaine à la Palestine, supprimé 25 millions de dollars d’aide aux hôpitaux palestiniens de Jérusalem-Est et suspendu le financement de l’agence onusienne l’UNRWA qui prodigue ses services à des millions de réfugiés palestiniens.
L’administration du président Trump a décidé ces mesures après que le président palestinien Mahmoud Abbas ait gelé toutes les relations de la Palestine avec les Etats-Unis au lendemain de la reconnaissance, en décembre 2017, de Jérusalem comme capitale d’Israël par Washington.
Cette décision a été interprétée par les Palestiniens comme la négation de leurs revendications sur Jérusalem-Est, annexée et occupée par Israël, et dont ils veulent faire la capitale de l’Etat palestinien auquel ils aspirent, ainsi que le summum du parti-pris pro-israélien de l’administration Trump.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *