Elections municipales au Pays Bas couplées à un référendum sur la surveillance d’internet

Elections municipales au Pays Bas couplées à un référendum sur la surveillance d’internet

Les Néerlandais avaient rendez-vous aux urnes mercredi pour les élections municipales et un référendum sur un texte visant à élargir les prérogatives des services de renseignement.

Selon les premières estimations, les Verts ont remporté ce scrutin tandis que l’extrême-droite a intégré les conseils municipaux de deux grandes villes.

Bon nombre d’électeurs ont été surpris d’être appelés à se prononcer, le même jour que les municipales, sur une loi portant sur les services de renseignement. A propos, le «oui» et le «non» sont au coude-à-coude, d’après les résultats provisoires.

D’ailleurs, c’est ce référendum consultatif qui dominait le débat politique aux Pays-Bas, reléguant au second plan les élections municipales. En fait, ce texte, proposé par l’Exécutif, a divisé la population néerlandaise en deux camps.

En clair, cette disposition légale donne aux services de renseignements généraux et de sécurité néerlandais des prérogatives élargies sur Internet. Ces services pourraient, entre autres, accéder aux données des internautes au cours d’investigations sur des activités djihadistes. Ce texte devrait entrer en vigueur le 1er mai prochain.

Selon les premières estimations, 49 % des votants se sont prononcés pour l’adoption de cette loi, contrairement à 48 % d’entre eux, qui sont contre le texte. Les 3 % restants d’électeurs se sont abstenus. Ces résultats provisoires contredisent les sondages, qui tablaient sur une approbation quasi-certaine du texte. Les résultats définitifs de ce référendum seront publiés le 29 mars prochain.

Pour ce qui est des municipales, le parti écologiste Groen Links devient la principale formation politique dans deux grandes villes néerlandaises, la capitale, Amsterdam, et Utrecht (centre). Quant au VVD (libéral) du Premier ministre Mark Rutte, il a enregistré des petites victoires, contrairement aux travaillistes (PvdA) et aux progressistes (D66).

De son côté, le PVV de l’élu islamophobe Geert Wilders a intégré les conseils municipaux de Rotterdam et d’Utrecht. En outre, cette formation politique a raflé quatre sièges à Emmen (nord) et trois à Enschede (est). Les chiffres définitifs de ce scrutin paraîtront ce jeudi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *