Tanzanie: plusieurs accords économiques conclus à l’occasion de la visite du roi du Maroc

Tanzanie: plusieurs accords économiques conclus à l’occasion de la visite du roi du Maroc

tanzanLa visite officielle du roi Mohammed VI en Tanzanie a été marquée lundi par la signature d’une série de conventions et d’accords économiques entre les deux pays, dans une démarche qui vise à dynamiser leur partenariat, mais également à consolider leurs liens diplomatiques bilatéraux.

Plusieurs secteurs stratégiques sont concernés par ces accords, entre autres, la coopération dans le domaine énergétique, dans ceux du tourisme, des infrastructures et du transport aérien. Sur le plan diplomatique, le Maroc a annoncé la nomination du nouvel ambassadeur en Tanzanie. Ce sera Abdelilah Benrayane qui prendra la tête de la chancellerie marocaine à Dar Es Salam.

De son côté, le chef de la diplomatie tanzanienne, Augustine Mahiga a fait savoir que son pays ouvrira aussi prochainement un consulat général au Maroc. Deux initiatives qui permettront aux deux pays d’aller de l’avant au niveau diplomatique, mais pas seulement puisque les accords signés lundi entre les deux parties permettront de booster  considérablement les échanges économiques.

Cette ouverture diplomatique marocaine sur la Tanzanie s’inscrit dans le cadre de la tournée entamée par Mohammed VI, depuis la semaine dernière, en Afrique de l’Est anglophone. Elle avait commencé par le Rwanda et se poursuivra par l’Ethiopie. Un déploiement inscrit plus globalement dans la stratégie développée par le royaume et qui consiste à multiplier les partenariats en direction des autres pays africains.

Au cours des dernières années, le roi Mohammed VI a en effet effectué des visites dans plusieurs pays subsahariens et d’Afrique de l’Ouest. De grandes entreprises marocaines y ont investi dans des secteurs aussi diversifiés que la banque, les assurances, les télécommunications, les BTP, etc.

Cette stratégie a fait ses preuves sur le plan économique, incitant les grandes entreprises  marocaines à étendre leurs activités à la recherche de relais de croissance en Afrique Orientale Anglophone.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *