Mali : attaque d’une base de la Minusma près de la frontière algérienne

Mali : attaque d’une base de la Minusma près de la frontière algérienne

minusma1La Minusma a annoncé dans un communiqué, que l’un de ses camps au nord du Mali, a été lundi, la cible d’une attaque par des tirs de mortier, faisant un mort et cinq blessés grièvement atteints dans les rangs des Casques bleus.

Le camp situé à Aguelhok, dans le nord du Mali, près de la frontière algérienne, a été visé par des tirs de mortiers dans l’après-midi. Suite à l’attaque, la Minusma a immédiatement déployé une force d’intervention rapide pour identifier l’origine des tirs. Deux des véhicules d’intervention ont heurté une mine et l’explosion a causé la mort du Casque bleu. Cinq autres sont grièvement blessés.

La Minusma n’a pour l’instant, dévoilé aucune information sur l’identité des auteurs de ces attaques, pas plus que sur la nationalité des victimes.

Cette nouvelle attaque a été condamnée par le secrétaire générale des Nations unies qui a appelé toutes les parties au Mali à remplir leurs obligations en vertu de l’accord de paix et de réconciliation conclu au Mali, dont le régime en place tente de restaurer la stabilité et la sécurité dans la région.

Déployée en 2013, la Minusma est, avec plus d’une soixantaine de Casques bleus tués en opération, la mission de maintien de la paix de l’ONU la plus coûteuse en vies humaines depuis la Somalie en 1993-1995. Mais malgré ce bilan, les Nations unies se disent plus déterminées que jamais à soutenir le gouvernement malien, les parties signataires de l’Accord de paix et le peuple malien dans leurs efforts pour parvenir à une paix et une stabilité durables.

L’Accord de paix signé à l’été 2015 était censé isoler définitivement les djihadistes qui, liés à Al-Qaïda, avaient pris le contrôle du Nord du Mali en mars-avril 2012 avant d’en être délogés par une coalition internationale conduite par la France. Mais la situation dans la partie septentrionale du pays est aujourd’hui encore le théâtre de troubles armés.

L’application de l’Accord de paix accumule les retards, des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères et les groupes djihadistes multiplient les attaques contre des positions de l’armée et de la Minusma.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *