Libye: Des doutes planent encore sur la libération de Seïf al-Islam Kadhafi

Libye: Des doutes planent encore sur la libération de Seïf al-Islam Kadhafi

seif-islamLes avocats de Seïf Al-Islam Kadhafi ont annoncé ce mercredi, que leur client aurait été libéré «depuis avril». Celui qui était considéré par Mouammar Kadhafi comme son l’héritier était détenu par une milice de Zenten depuis sa capture en octobre 2011, après la chute du régime conduit par son père Mouammar Kadhafi.

Cette éventuelle libération n’a pas pu être vérifiée ni par une source officielle libyenne, ni par des images récentes. Mais selon plusieurs sources, Seïf al-Islam circulerait librement à Zenten depuis septembre 2015.

Selon un avocat proche de la famille Kadhafi, Seïf Al-Islam est placé en résidence surveillée dans la ville de Zenten. D’autres sources affirment qu’il y possède «une maison confortable, où il vivrait avec une nouvelle épouse et leur fille de 3 ans». D’autres encore affirment qu’il a été remis aux autorités de Tobrouk qui avaient décidé une amnistie générale qui s’applique en principe aux membres de la famille Kadhafi.

Seïf al-Islam Kadhafi a été jugé avec 37 autres anciennes figures du régime Kadhafi et condamné à mort le 28 juillet 2015 par un tribunal de Tripoli. Mais cette sentence n’a pas pu être exécutée étant donné que la milice de Zenten qui le détenait en dehors de tout cadre légal, a toujours refusé de le remettre à la justice de l’un des deux gouvernements rivaux en Libye. Cette milice considère le fils Kadhafi comme une carte politique et ne semble pas être pressée de le laisser quitter la ville.

La question des détenus issus de l’ancien régime, est épineuse dans une Libye profondément divisée. Et pour nombre de médiations internationales, la libération de ces détenus fait partie de ces gestes de confiance qui pourraient remettre davantage de révolutionnaires et kadhafistes sur la voie du dialogue. Mais même en prenant en compte cet aspect des choses, l’affaire Seïf al-Islam Kadhafi reste particulière. Sa libération, si elle est avérée pourrait être perçue par beaucoup de Libyens de l’ouest du pays comme une trahison des objectifs de la révolution et raviver les tensions entre l’Est et l’Ouest.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *