Le roi Mohammed VI appelle les politiques à s’élever au-dessus des luttes marginales

Le roi Mohammed VI appelle les politiques à s’élever au-dessus des luttes marginales

roi-med6Le roi Mohammed VI a appelé vendredi les partis politiques et les parlementaires, majorité et opposition, à rehausser le niveau du discours politique, en ayant constamment à l’esprit que la pérennité des institutions est plus importante que les ambitions personnelles.

Présidant l’ouverture, vendredi à Rabat, de la session d’automne du Parlement, le souverain marocain a demandé aux partis qui ont perdu aux élections communales et régionales du 4 septembre dernier, de cesser les « lamentations a posteriori » et la remise en cause des résultats du vote. Les « Marocains sont devenus plus matures dans leur attitude à l’égard des élections et plus exigeants en réclamant des comptes à leurs élus sur le bilan de leurs actions », a-t-il fait remarquer.

Ceux qui ont échoué doivent faire « une autocritique constructive pour corriger les erreurs, redresser les dysfonctionnements » dans la perspective de regagner la confiance des électeurs aux prochaines élections.

Tout en reconnaissant l’existence de « dépassements, somme toute isolés », le roi a appelé les politiques à se placer au-dessus des conflits marginaux. Car, la tendance aux luttes marginales se fait toujours au détriment des questions pressantes et des « préoccupations réelles des citoyens », a-t-il déploré.

Il a également dénoncé les « arrangements négatifs par lesquels on cherche à satisfaire les envies personnelles et les objectifs catégoriels au détriment des intérêts de la nation et des citoyens ».

D’autre part, le souverain chérifien a salué la participation massive des citoyens dans la région du Sahara, ce qui constitue une preuve supplémentaire de leur attachement à l’intégrité territoriale du Maroc.

De son côté, le gouvernement est appelé à accélérer la mise en œuvre des dispositions de la nouvelle constitution. Ceci, a expliqué le roi, en activant l’élaboration des lois organiques afin de les soumettre au Parlement pour adoption avant la fin de l’actuelle année législative, conformément au texte de la Constitution de 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *