Inde : la Grande-Bretagne face aux dégâts de la colonisation

Inde : la Grande-Bretagne face aux dégâts de la colonisation

tharoorUne vibrante allocution de l’ancien diplomate à l’ONU et député indien Shashi Tharoor sur les dégâts de la colonisation britannique en Inde connaît un franc-succès sur les réseaux sociaux. La vidéo de son discours a été visionnée des centaines de milliers de fois et partagée tout autant.

L’élu indien s’exprimait fin mai lors d’une soirée de l’Oxford Union, une société de débat fondée en 1823 dans la prestigieuse université anglaise. Le discours de 15 minutes de Shashi Tharoor passe en revue les dégâts commis pendant les 200 ans de règne britannique en Inde, tant sur le plan économique que politique ou humain devant, il est vrai, un public plutôt conquis. Pendant cette période, les chiffres présentés par l’intervenant révèlent que la part de l’Inde dans l’économie mondiale a chuté de 23% à moins de 4% car le pays n’a plus été gouverné que pour le seul bénéfice de la Grande-Bretagne. La production manufacturière, notamment l’industrie textile, s’est effondrée au profit des produits fabriqués outre-Manche à partir des matières premières indiennes. Les guerres mondiales ont beaucoup coûté au pays, au niveau humain tout d’abord avec les pertes de soldats indiens tués au front, mais également au niveau financier vu que l’Inde a dû supporter l’effort de guerre britannique à coups d’impôts et de livraisons d’armes. C’est d’ailleurs pendant la Seconde Guerre mondiale, en 1943, que le pays a connu l’une de ses famines les plus meurtrières, celle qui a touché le Bengale et provoqué la mort de quatre millions de personnes.

Pour payer ce qu’il considère comme une dette, Shashi Tharoor a conclu son argumentation en demandant au Royaume-Uni de reconnaître le mal qui a été fait. La question d’une compensation financière est délicate à traiter étant donné qu’il est très difficile d’évaluer le montant des préjudices subis par l’Inde et la rareté des analyses critiques faites sur le sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *