Les exportations françaises vers l’Allemagne atteignent un niveau record

Les exportations françaises vers l’Allemagne atteignent un niveau record

expo-france-allemagneLes exportations françaises vers l’Allemagne ont atteint l’année dernière un niveau record, dépassant pour la première fois les 67 milliards d’euros selon les derniers chiffres dévoilés par Destatis, l’Office fédéral des statistiques. Ces exportations en hausse ne suffisent cependant pas, loin de là, à équilibrer les échanges entre les deux voisins.

Les exportations de la France vers l’Allemagne ont été multipliées par trois en cinq ans. 95% des échanges entre les deux pays portent sur des biens manufacturés qui fondent leur attraction en Allemagne sur des critères telles que la qualité, la fiabilité ou encore l’excellence plutôt que sur le prix. Selon une note du service économique de l’Ambassade de France en Allemagne, les produits français les plus appréciés en Allemagne sont les matériels de transport et les équipements mécaniques, électriques, électroniques et informatiques. Les produits chimiques français ainsi que les parfums, les cosmétiques et les produits alimentaires sont également particulièrement prisés Outre-Rhin. L’an dernier, maintenant une tendance qui s’est mise en place depuis 2005, la France a dominé les échanges sur les produits agricoles, sylvicoles, de la pêche et de l’aquaculture, ainsi que les textiles, habillement, cuir et chaussures.

Selon Destatis, les échanges entre la France et l’Allemagne ont atteint l’an dernier 169.4 milliards d’euros. Comme depuis 1961, la France demeure le premier partenaire commercial de l’Allemagne devant les Pays-Bas et la Chine. Mais si la France voit ses exportations vers l’Allemagne augmenter, ses importations sont toujours plusieurs crans au-dessus. L’an dernier, l’Allemagne a écoulé sur le marché français pour 101.9 milliards d’euros de biens et de marchandises. L’interdépendance des deux pays a rarement été aussi forte et a grandement contribuer à aider la France à réduire son déficit commercial à 34.4 milliards d’euros, un plus bas depuis 2010.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *